Merci tout d’abord pour ton intérêt ! ^^

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ? Que représente l’écriture pour vous ?

L’écriture est une passion dévorante, un besoin quotidien de faire vivre une imagination sans limites. J’ai commencé à écrire quand j’avais 12 ans, avec ma cousine. On habitait loin l’une de l’autre et on avait envie de construire quelque chose autour des personnages qu’on avait créés ensemble. Comme il était impossible d’avoir de vrais acteurs pour jouer leur rôle, on a écrit, chacune notre tour sur des milliers d’histoires. C’est comme ça que tout est venu finalement.

Dans quel genre littéraire vous classez-vous ?

Je crois que je suis une inclassable ! lol J’aime écrire différents genres de romans. Mon premier, Là où tu te perdras, se classe entre le drame, le suspense et la romance. Mon deuxième, Je ne serai plus jamais seul, se situe entre le dark fantastique et l’épouvante. Mon troisième est un thriller. J’aime bien varier les plaisirs.

Vous inspirez-vous de votre quotidien ou de votre vie réelle ?

Houlà non ! lol Je vis dans le pays des Bisounours, et mes romans sont tous paradoxalement très sombres. Je suis obligée de prévenir les personnes de mon entourage que ça va être un peu choquant, parce qu’ils n’imaginent pas ce qui les attend avec ma tête de « bonheur ultime » ! ^^

Comment procédez-vous pour écrire un livre ?

Je commence toujours par faire une structure, avec un plan suffisamment précis des cinq premiers chapitres. Je dois quasiment tout savoir sur le roman, physique des personnages, lieux, caractères, comment distiller le suspense, avant de pouvoir commencer à écrire. Ça prend 2 semaines mais une fois que c’est constitué, le roman va s’écrire tout seul.

Une petite anecdote à nous fournir sur l’un de vos livres ?

« Je ne serai plus jamais seul », qui sort en septembre, est un livre que j’ai commencé à écrire il y a exactement 15 ans. Malheureusement, mon ordinateur de l’époque m’a lâchée et je croyais le roman perdu à tout jamais. Jusqu’à ce que je me débrouille avec les ordinateurs et que j’aie l’idée d’essayer de récupérer ce fichier dans cet appareil que j’ai toujours gardé au cas où. Par chance, je l’ai retrouvé, achevé, et trouvé un éditeur pour lui ! ^^

A qui confiez-vous votre manuscrit en premier ?

J’ai deux personnes qui lisent mes romans en premier : ma mère, qui me sert de correctrice aussi, et ma cousine-meilleure amie, qui connait mon univers mieux que personne. Leur avis compte beaucoup

En tant que lecteur, quel livre vous a le plus marqué ?

Je lis beaucoup moins qu’avant, mais j’ai été marquée par « les fleurs bleues » de Raymond Queneau, c’était le premier livre imposé au lycée qui me plaisait vraiment et qui me faisait entrer dans un monde bizarre, avec une façon d’écrire bizarre. J’aimais cette folie et ce non conformisme !

Comment procédez-vous lorsque l’inspiration vous vient ?

L’inspiration doit se créer au rythme d’un quotidien et d’une certaine discipline. Pour moi en tout cas. J’ai un moment dans la journée pour écrire et je ne déroge pas à la règle. Quand le plan du roman est créé à l’avance, il suffit de s’asseoir devant son ordinateur et l’inspiration vient automatiquement.

Faites-vous confiance aux blogueurs littéraires ?

Bien sûr ! En même temps ce serait étonnant de répondre non à une blogueuse littéraire ! lol Plus sérieusement, ils font un travail incroyable et c’est un vrai honneur que d’avoir leur avis.

Souhaitez-vous faire passer un message dans vos livres ?

Jene crois pas que mes livres soient très porteurs de messages de paix et d’amour, mais ils sont une ode à la détermination. Ne jamais rien lâcher, toujours y croire

Êtes-vous sensible aux critiques faites sur vos livres ?

Comme mes livres sortent en juillet, septembre et octobre, je n’ai pas encore eu de retours de lecteurs, mais on en reçoit des éditeurs parfois, qui nous répondent. On aimerait dire à certains : « s’il vous plaît contentez-vous d’un non merci la prochaine fois », parce que tout en restant très courtois, ils ne se gênent pas pour démolir votre bijou ! Je comprends que ça puisse blesser, mais je suis madame Bisounours et j’avoue que ça ne me fait pas grand-chose ! lol Un lecteur adorera, un autre détestera, c’est le jeu, il faut l’accepter. Mon bonheur c’est de partager mon univers en espérant faire rêver quelques personnes, c’est simple au fond ! Il faudra vraiment y aller fort pour m’atteindre, je crois !

Un conseil à donner aux écrivains en herbe ?

Soyez fier de vous déjà, parce qu’écrire est un vrai travail, et ne baissez jamais les bras devant les critiques, les difficultés de l’édition, etc. Ne rien lâcher, c’est mon meilleur conseil.

 

Un grand merci à Ena L pour cette super interview, qui me donne encore plus envie de découvrir ces livres. Et vous avez vous envie de découvrir cette auteure ?

 

Un commentaire sur “Interview 1 : Ena L”

Laisser un commentaire