Coucou tout le monde, je viens aujourd’hui avec une interview d’un auteur en devenir, l’édition de son premier livre est en cours, et comment vous dire qu’avec des réponses pareils sont livre rejoindra très vite ma PAL ! Ces interviews me font vraiment découvrir des auteurs intéressants et j’adore cela ! Encore merci à l’auteur pour toutes ces réponses !

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

J’ai commencé à écrire il y a deux ans et demi quand je me suis rendu compte, que l’histoire que je m’étais fabriquée dans la tête valait le coup d’être raconté. A cette époque-là, je n’avais que cette idée-là, mais maintenant que mon premier roman est en cours d’édition, j’ai plein d’autres projets de livres.

Que représente l’écriture pour vous ?

C’est l’une des choses les plus importantes dans ma vie. J’adore passer du temps derrière mon écran à me creuser la tête pour connaître la suite de l’aventure de mon ou de mes personnages, même si la plupart du temps, quand j’arrive devant ma page je sais déjà où je vais.

Dans quel genre de genre littéraire vous classez-vous ?

Je ne sais pas si j’ai un genre bien défini. J’ai des idées de livre policier, de science-fiction, érotique, d’horreur, etc. Mais si je devais me classer dans une catégorie je dirais fantastique, car c’est par là que j’ai commencé à lire et à écrire.

Comment procédez-vous pour écrire un livre ?

D’abord, je construis ma trame principale. Habituellement, je connais déjà la fin de l’histoire avant de commencer à l’écrire. Ensuite, je la découpe en actes pour m’y retrouver plus facilement. Mon premier livre comporte trois actes, comme dans les tragédies grecques. Mais ce n’est pas toujours le cas. Par exemple la suite, sera découpée en quatre actes.

Une petite anecdote à nous fournir sur l’un de vos livres ?

L’un des personnages de mon premier livre s’appelle Baldur. J’étais tout fier d’avoir trouvé ce nom tout seul, jusqu’à ce que je me mette à jour au dernier God of War et que je découvre que son nom existait déjà. Après réflexion, je me dis que j’avais déjà dû l’entendre quelque part, mais impossible d’en être sûr.

A qui confiez-vous votre manuscrit en premier ?

J’ai plusieurs personnes dans mon entourage qui lisent en premier mes écrits. Selon le thème et le genre que je choisis, je l’envoie à l’une ou l’autre personne. Je dirai que j’ai autour de moi cinq ou six personnes en qui j’ai confiance et que j’utilise à tour de rôle.

En tant que lecteur, quel livre vous a le plus marqué ?

Sans nul doute le premier Harry Potter, que j’ai reçu une année à Noël. A cette époque, je détestais la lecture et recevoir ce cadeau était pour moi comme une punition. J’ai fini par le lire tellement de fois que j’ai dû le jeter et en trouver un autre…

Comment procédez-vous lorsque l’inspiration vous vient ?

J’ai déjà à mon goût, une façon particulière de fonctionner. Les moments où j’ai le plus d’inspiration, c’est quand je vais faire du sport. En plein effort, mon cerveau arrive à ce concentré sur une seule chose et j’ai très souvent des idées qui me viennent. Quand je suis coincé, j’enfile mes baskets de course et je pars une demi-heure. Quand je rentre, j’ai souvent à l’esprit de quoi écrire un ou deux chapitres.

Sinon, j’utilise souvent l’application « notes » de mon téléphone, lorsque l’inspiration arrive à l’improviste.

Faites-vous confiance aux blogueurs littéraires ?

Oui, je pense que c’est un bon moyen d’avoir une idée sur la qualité de l’ouvrage que l’on propose et de se faire un peu de publicité. Le plus important est de bien les choisir. Il faut faire attention de sélectionner des blogueurs qui ont le même type de lecture, écriture que nous.

Souhaitez-vous faire passer un message dans vos livres ?

Non, en tout cas pas pour le moment.

Etes-vous sensible aux critiques faites sur vos livres ?

Tout le monde l’est. Après il  faut bien séparer la critique constructive et détaillé du traditionnel, « c’est de la merde ».

Il faut savoir qu’écrire un livre c’est beaucoup de travail, de sacrifices et que ça peut être difficile de voir des gens qui ne s’imaginent pas tout ce qu’on a mis dans le livre, dénigrer son travail.

Un conseil à donner aux écrivains en herbe ?

Lancez-vous et surtout, pensez à donner vos lectures à des gens de confiance avec qui vous allez pouvoir partager cela. C’est ce qui est pour moi le plus grisant, quand quelqu’un vous explique qu’il a adoré ce personnage, ou cette partie du livre. C’est la meilleure sensation qu’un auteur puisse avoir à mon goût !

 

Laisser un commentaire