Genre : Manga 

Éditeur : Pika Edition

Prix : 6,95 euros

Pages : 190

 

Résumé : 

Keitaro Urashima vient de rater pour la deuxième fois son examen d’entrée à l’université de Todai. Il doit se trouver un job. Heureusement, sa grand-mère Hina lui lègue sa place de responsable dans une pension de famille occupée par des jeunes filles toutes plus excentriques les unes que les autres. Keitaro va-t-il réussir à concilier son travail avec sa vie d’étudiant ? Comment va-t-il réagir face à toutes ces jeunes filles ? Et, surtout, arrivera-t-il à tenir la promesse qu’il fit à une petite fille de son âge de rentrer ensemble dans cette prestigieuse université afin de couler des jours heureux ?

 

Mon avis : 

Et voilà, j’ai lu mon premier manga en découvrant Love Hina. J’avais vraiment peur de passer le pas parce que j’avais des appréhensions sur ce genre littéraire. 

 

Cet été, je suis donc partie avec les deux premiers tomes de cette saga et je peux vous dire que c’était un très bon moment de découverte. Déjà, la couverture est intrigante, personnellement je m’attendais à une sorte de romance un peu nian-niante et pas du tout. J’ai trouvé l’univers très rafraîchissant car beaucoup d’humour, de situations inattendues. 

 

Les aventures de Keitaro, étudiant raté et se questionnant sur les sentiments amoureux, devenu gérant de la pension Hinata pour fille. Personnellement je me suis attachée à Keitara car sa maladresse le rend tellement attachant que ça en devient cocasse parfois. Naru, Sû, Motoko, Shinobu et Kitsune rendent aussi la lecture de ce manga hyper addictive comme on ne sait jamais ce qui va se produire.

 

Les dessins sont splendides. Je crois que c’est surtout grâce à cela que l’univers de Love Hina est aussi impactant, c’était un véritable régal pour mes yeux de tourner ces pages. Bon, la fin arrive un petit peu trop rapidement, on en veut plus, beaucoup plus mais parfois il faut savoir se contenter de ce que l’on a. Je pense qu’après la lecture de la saga, je passerais sur l’animé qui est très recommandé. 

 

Et vous, vous l’avez lu ?

Laisser un commentaire